domaine de cala

Le domaine

Niché en pleine nature, le Domaine de Cala couvre plus de 40 hectares de vignes au cœur de la Provence. Certaines sont implantées depuis près d’un demi-siècle. D’autres ont été sélectionnées par le chef Joachim Splichal afin de composer un vignoble de caractère. Blancs, rouges, rosés… tous les vins de la propriété sont le fruit d’une passion pour la gastronomie. Et l’aboutissement d’une longue histoire qu’il nous tarde de vous raconter…

Joachim Splichal a posé son empreinte au Domaine de Cala :
la simplicité.

L’histoire du Domaine de Cala remonte au 14e siècle. On l’appelait alors Domaine de Pourraques, du nom provençal des petits narcisses blancs qui tapissaient les terres. Ce n’est que bien plus tard (après notamment avoir croisé la route d’un prince aviculteur et d’une comtesse polonaise) que le domaine devint une exploitation vinicole. À l’époque, le vignoble couvrait seulement 25 hectares et produisait un rosé vendu essentiellement en vrac. 
En 2015, le chef cuisinier Joachim Splichal reprend la propriété et la renomme Domaine de Cala, en référence à l’élégante calla, fleur colorée en forme de calice. Depuis toujours, ce bon vivant est amoureux de la Provence. De sa cuisine aussi. Il délaisse la toque, et se retrousse les manches pour apporter au terroir le lustre et l’envergure d’un domaine du XXIe siècle. Tout en préservant son authenticité et son cachet. Aujourd’hui, plus de 40 hectares de vignes s’épanouissent sur les coteaux, au chant des cigales et des oiseaux. Et le vin blanc, rouge et rosé s’élèvent patiemment au chai, au rythme des vendanges.

histoire domaine de cala

Ouvert en 2015,
le Domaine de Cala conserve la patine de son histoire.

« Si le Domaine de Cala est encore jeune, son identité est là. 
La qualité, aussi. »

Flavian Maison
Chef de culture

domaine de pouraques brignoles

Un domaine chargé d’histoires

Tout commence vers 1300… Les terres marécageuses entourant Brignoles sont confiées aux habitants pour y cultiver le blé et travailler la vigne. Le Domaine de Pourraques est né !

XV et XVIe siècles

De 1450 à 1587, les pestes successives ravagent la Provence. Les malades sont isolés dans les bâtiments situés à l’entrée du domaine. Aujourd’hui encore, on appelle ces vestiges « l’hôpital ».

XVIIe siècles

En 1655, un relais de poste accueille les voyageurs et leurs montures. Le domaine comprend alors 150 hectares de chênes et de pins, de la garrigue, du blé… et quelques parcelles de vignes.

XIXe siècles

Une bastide vient compléter l’ensemble et devient le lieu d’habitation du propriétaire. L’ancien relais de poste offre le gite et le couvert aux paysans travaillant la terre.

XXe siècles

Nichée en pleine nature, la propriété devient un domaine viticole. Le vignoble couvre alors 25 hectares et produit du rosé vendu en vrac.

2015

Le chef cuisinier Joachim Splichal reprend la propriété et la renomme Domaine de Cala…

vestiges historique domaine de cala
joachim splichal

« En cuisine comme au vignoble, le mot d’ordre 
est le même : la qualité. »

Joachim Splichal
Propriétaire du Domaine de Cala et chef cuisinier

Diplômé d’une école hôtelière en Suisse, Joachim Splichal fait ses armes dans les plus prestigieux restaurants de la Côte d’Azur : La Bonne Auberge à Antibes, L’Oasis à La Napoule et Le Chantecler de l’hôtel Negresco à Nice aux côtés du chef Jacques Maximin. Déjà, le vin a son mot à dire. Et un mets digne de ce nom ne se conçoit pas sans une bonne bouteille au centre de la table. Créative et talentueuse, sa cuisine sera très vite couronnée de deux étoiles au Guide Michelin. À 26 ans, ce prodige de la gastronomie voit grand. Et loin… Il embarque pour l’american dream et ouvre en 1989 le célèbre Patina à Los Angeles, premier restaurant d’une longue lignée qui régalera le Tout-Hollywood, lui ouvrira les portes de la Maison-Blanche et lui vaudra une nouvelle étoile au Michelin. Ses créations culinaires font le tour du monde et les Awards s’enchaînent, couronnant sa carrière exemplaire. En 2015, Joachim Splichal fait une rencontre décisive : le Domaine de Pourraques. 
Le chef est viscéralement attaché à la Provence où il cultive toujours son amitié pour de grands noms de la gastronomie française, comme Alain Ducasse et son mentor Jacques Maximin. 
« La France est une partie de ma vie », se plait-il à résumer. Entouré d’une équipe de passionnés, épaulé de ses deux fils Stéphane et Nicolas, il restructure le vignoble et valorise sa production. 
Le rosé gagne en qualité, tandis que le blanc et le rouge font une apparition remarquée sur le domaine. Une cave est créée et La Bastide est entièrement rénovée. Saluant sa renaissance, Pourraques change de nom et devient le Domaine de Cala.

Joachim Splichal est un amoureux inconditionnel des vins français.

joachim splichal chef repute
Vins sud de la France

L’éloge de la simplicité

« J’ai grandi dans un petit village d’Allemagne. Mes parents tenaient une auberge, et m’ont transmis le goût des bonnes choses et de l’hospitalité. Enfant, je m’amusais à présenter les vins ! L’idée d’un domaine vinicole est un rêve muri de longue date… Mais le choix de la Provence ne doit rien au hasard. Même si j’ai beaucoup travaillé au Canada, en Suède, en Hollande, en Suisse ou encore aux États-Unis où j’ai ouvert de nombreux restaurants, c’est au sud de la France que je dois mes deux premières étoiles au Michelin, au restaurant Le Chantecler de l’hôtel Negresco, aux côtés de mon ami Jacques Maximim ! Et puis, j’aime le climat, l’accent, la joie de vivre des Provençaux, les légumes gorgés de soleil… et le fameux rosé ! Quant au domaine, c’est un coup de cœur… Tout simplement. »

Les vins de Cala, fruit d’une passion pour la gastronomie.

Mon plat préféré : (question difficile…) les artichauts à la Barigoule, les raviolis à la daube et les farcis niçois.
Mon vin préféré : les rosés de Provence (servis avé l’acceng !)
Mon Fruit préféré : la pêche de vigne (on en fait de savoureux mendiants)
Mon légume préféré : la très élégante fleur de courgette (plat emblématique de mon ami Jacques Maximim)
Ma création culinaire préférée : les sardines à la niçoise (pochées au rosé avec une sauce à l’huile d’olive)
Ma plus grande satisfaction : exploiter le domaine en famille, avec mes deux fils Stéphane et Nicolas.